V comme Voyage aux archives départementales de l’Ain


Logo ville de bourg-en-bresse couleur

Cela fait un moment que je n’ai pas publié, c’est à cause du voyage que j’ai fait dans l’Ain, pour consulter notamment les registres de formalités des hypothèques. Dans mon article sur les hypothèques, je vous ai décrit les premières étapes pour les consulter, Mais la dernière étape devait être faite sur place. Ne sachant pas quoi trouver, je rempli ma petite carte avec uniquement le numéro de l’hypothèque qui m’intéresse, et attend que le responsable de salle aille chercher mon registre.

C’est un grand registre difficile à manier. Je cherche ma référence, et tombe sur la vente d’un terrain en 1855 par deux de mes ancêtres Antoine Cruiziat et sa femme Jeanne Meunier, mais aussi Marguerite Meunier, cultivatrice à St Nizier le désert et Antoine André agissant en qualité de tuteur judiciaire de Marie Meunier, mineure cultivatrice demeurant à Dampierre. Ils vendent une terre dite aux Barratierer, situé au territoire de la commune de Pont d’Ain, contenant 20 ares environ, confiné au matin par un chemin, au midi terre aux héritiers Charcot, au soir terre à Saubel et au nord terre à Etienne Ballet un buisson et un fossé entre deux (Avec une telle description, cela va être facile à retrouver sur les plans !!) . Cette terre appartient aux consorts Meunier et vient de l’héritage de leur père Claude Meunier. La vente est conclue pour la somme de 240 Francs. Cela fait deux personnes de plus à intégrer à ma généalogie ainsi que deux villages à explorer en cas de blocage.

Des actes de ce type, j’en ai trouvé pas mal, il va falloir que je les décrypte pour avoir une idée des biens de la famille et voir ou ils sont passés. J’ai également trouvé des ventes de biens entre Antoine Cruiziat et sa femme Jeanne Meunier, ainsi qu’une série de ventes en 1895 toujours des consorts Cruiziat (mais là c’est la génération suivante, les enfants d’Antoine et de Jeanne). Avaient-ils un besoin urgent d’argent ? Parmi ces enfants, il y a Agathe, la femme de Joseph Voland.

En survolant les registres, j’ai eu l’impression que Jeanne Meunier avait pas mal de terres qu’elle a transmis à ses enfants qui eux en ont vendu une bonne partie en 1895, et pour finir Agathe est morte sans héritage en 1922.

Lors de ce voyage, J’ai aussi récupéré

  • l’acte relatant les conclusions du conseil de famille pour le mariage de Antoine Cruiziat et Jeanne Meunier. La famille du coté paternelle de Jeanne n’étant pas présente, elle était représentée par des amis du coté maternelle. et du coté maternelle, elle était représentée par deux oncles de Jeanne.
  • leur contrat de mariage qui indiquait qu’il avait chacun un trousseau et rien d’autre. Comme Jeanne était mineure, elle ne devait pas encore avoir pris possession de l’héritage de ses parents. Existe t-il un document qui décrive ce que touche une personne en devenant majeure? Si vous en connaissez la nature et ou je peux le trouver, pourriez vous donner les renseignements dans les commentaires ci-dessous.
  • Ainsi que le contrat de mariage d’Agathe Cruiziat et de Joseph Volland. Joseph apporte un trousseau composé de linge de corps et de vêtements non estimé attendu que la reprise en son faite en future à la dissolution du mariage. Agathe apporte aussi un trousseau composé de linge de corps et vêtements à son usage estimé convenablement entre les parties à la somme de 100 francs et d’un bois ? Estimé 30 francs, auquel les parents d’Agathe ajoute une garniture de lit, composé de deux draps, deux couvertures,  contrat_bulonffrerecontrat_aubepaille et un traversin estimé 20 francs, d’une contrat_gardetobe en bois moyen estimée 50 francs.

J’ai besoin de votre aide pour décrypter les trois pièces du trousseau d’Agathe ci-dessus. Je pense que le dernier est garde robe. Et vous qu’en pensez vous ? Donné vos idées dans les commentaires ci dessous. Merci par avance pour votre aide.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour recevoir mon guide gratuit sur les AD

je ne cederai, ni ne revendrai jamais votre email à quiconque