On trouve tout chez Gallica

logo_gallicaEn lisant l’article du blog D’aïeux et d’ailleurs sur Gallica, cela m’a donné des idées, et je suis allé faire des recherches sur plusieurs de mes ancêtres. Et là Bingo

Dans le Bulletin mensuel des postes et télégraphes, Dans la catégorie Probité, je trouve cet entrefilet:

bulletin_postes_1892

M.  Vollant, facteur rural au Pont-d’Ain, s’est empressé de restituer à qui de droit un porte-monnaie contenant 30fr.95 qu’il avait trouvé sur la voie publique.

Pas de doute, cela concerne mon arrière-arrière grand père.

Et toujours dans le même bulletin en 1896, Je trouve sa nomination à la médaille de bronze des Postes et des Télégraphes

En voici le texte:

Arrêté ministériel relatif aux médailles décernées aux sous-agents des postes et des télégraphes.

Le ministre du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes,
Vu le décret du 22 mars 1882;
Vu les arrêtés des 24 avril 1882 et du 24 décembre 1894;
Sur la proposition du Directeur général des postes et des télégraphes,
Arréte:

Art. 3 – La médaille de bronze des Postes et des Télégraphes est décernée aux sous-agents dont les noms suivent:

Voland (Joseph), facteur rural à Pont d’Ain (Ain), 30 ans et demi de services administratifs, 6 ans et demi de services militaires;

ART. 4 – Le présent arrêté sera déposé au service du personnel de la direction générale des Postes et des Télégraphes pour être notifié à qui de droit.
Paris, le 31 décembre 1895

C’est assez magique de voir ces tranches de vie se dévoiler.

Et vous avez fait des trouvailles étonnantes sur vos ancêtres dans Gallica? Venez le raconter ci-dessous.

6 réponses à to “On trouve tout chez Gallica”

  • J’aime beaucoup Gallica, moi aussi, et je l’utilise presque systématiquement pour compléter mes recherches. C’est toujours très enrichissant !
    Elise

  • Dans un premier temps, j’avais été déçue par Gallica pour une raison toute bête, la gestion des accents ! Si vous tapez « Chancé », le moteur de recherche ne fait pas la différence avec le mot « chance ». Vous imaginez la masse de résultats obtenue. Ingérable ! Et puis l’autre jour, j’ai fait une nouvelle tentative avec le patronyme Maitreau et c’est ainsi que j’ai découvert qu’un de mes arrière-grands-pères avait été blessé pendant la guerre de 1870 et que deux de mes ancêtres avaient été élus dans la municipalité de Concourson en 1787. Me voilà réconciliée avec Gallica !

    • Isabelle:

      Je pense que Gallica renferme beaucoup de merveilles pour le généalogiste, mais qu’il faut les mériter. La recherche n’est pas toujours aisée.

  • Gallica est en effet une source très riche qu’il faut penser à exploiter. J’ai eu la chance d’avoir une experience similaire. En recherchant sur le site Geneanet le nom d’un ancêtre que je savais être « débitant de liqueur », le site m’a redirigé sur Gallica, où un extrait du « Journal général de l’Algérie et de la Tunisie de 1894″ mentionnait la vente de son cafe dont je n’avais pas entendu parler jusqu’alors:
    « ORAN. – Par acte s.s.p. en date du 1er mars 1894
    M. Domingo Alajarin a vendu à M. Vuillemin un fonds de café situé au 25 rue de Mostaganem. Pour opposition, s’adresser à M. Paul Garriga rue de Mostaganem, no 25″

  • Elisabeth:

    Bonjour Isabelle, je retrouve avec plaisir ton bog; oui, quel formidable « outil » que Gallica, je retrouve trace des ancêtres de mon mari dans des articles écrits par un certain…Georges Clémenceau dans l’Aurore! Et tout de suite l’histoire prend un autre relief!
    Je vais continuer l’exploration.
    Bonne continuation à tous,

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour recevoir mon guide gratuit sur les AD

je ne cederai, ni ne revendrai jamais votre email à quiconque