F comme Frontière

Apres un première article sur l’Alsace surtout concentré sur la langue, parlons maintenant des frontières fluctuantes et des conséquences sur les populations locales et donc sur nos recherches.

 

Traité de Francfort

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort est signé entre la France et l’Allemagne pour mettre fin à la guerre de 1870-1871. Il stipule un retour de l’Alsace à l’Allemagne (elle a été annexée par Louis XIV en 1648), et une partie de la Lorraine.

Une clause du traité permet aux alsaciens et aux lorrains de conserver la nationalité française. Ce sont les optants. Ils doivent avoir quitter la région désormais allemande avant le 1er octobre 1872. La liste de ces optants a été publiée dans le bulletin des lois (prédécesseur du journal officiel) de 1872. Vous pouvez trouver le bulletin des lois sur gallica.

Si vous avez perdu la trace de votre ancêtre alsacien à la fin du XIXeme siècle, Il a pu opter pour la nationalité française en 1872 mais aussi demander sa naturalisation plus tard, ou encore demander à habiter en France.

C’est ce qui arrivé à mon arrière-arrière grand père Ignace Ott. Sa femme Barie-Barbe Winterberger avait accouchée de Marie Célestine sans être mariée. Mais sur son acte de mariage, Marie Célestine avait le nom de son père Ott. Et impossible de trouver l’acte de mariage de Ignace et Marie-Barbe jusqu’à ce que je m’abonne à genealogie.com qui a eu la bonne idée d’indexer certaines listes issues du bulletin des lois. Et je trouve une demande de domiciliation à Maxéville datant de 1886. Ce qui me permet de trouver l’acte de mariage, qui indique la reconnaissance de trois enfants, Marie Célestine et deux frères.

Une réponse à to “F comme Frontière”

  • Ton article me parle beaucoup, étant mosellan d’origine. Pour cette période, la lecture des actes d’état civil s’avère un peu plus périlleuse car l’écriture est en gothique (ou en spitze comme il est courant de dire…).
    A bientôt pour le Challenge !

Laisser un commentaire

Inscrivez vous pour recevoir mon guide gratuit sur les AD

je ne cederai, ni ne revendrai jamais votre email à quiconque